Putting my dream on the back burner.

As some of you already know, my family and I are in the process of moving from Ontario, Canada to California, U.S. For many years, my husband and I have dreamed of living and working in the Golden State. The reasons why are too long to elaborate here today, so let's leave it at that: it is a dream that is about to come true. So what?

Grab a coffee, or a drink depending in which time zone you are, it is going to be a lengthy post.

When we decided to move from our French-speaking hometown, Quebec City, to Toronto, Ontario, it was a way to break the ice. Born and raised in a French province that protects its culture and heritage, it was not easy to "export" ourselves to the rest of North America. It took us years to meet all the conditions, because we have always intended to maintain or improve our lifestyle when moving to another job. This means not leaving everything behind and starting from scratch--in terms of career and finances. So when the opportunity finally arose, we said "yes!", even though the timing could have been better. We moved with a 4-week-old baby and a 4 year old who didn't understand English. But Toronto is an hour and a half flight to Quebec City and is part of the English side of Canada, which allowed us to learn English like we never would have in Quebec. All in all, it was a great test.

That being said, it was not only a social challenge but also a career one for me as well. I used to have a somewhat busy professional life: a network of wonderful clients and partners, most of whom became friends, which I enjoyed very much. I've been self-employed part time since I left university and a full-time entrepreneur since 2003. I co-created and ran a design firm for 5 years. I am, dare I say, a creative person who focuses on actions like building new projects, and needs to achieve regularly. According to the Gallup Strength Finder Test, my 5 top strengths are: activator, achiever, self-assurance, strategic, and responsibility. That pretty much sums me up.

The first months in Ontario during my maternity leave were tough on the morale. Being at home for a long period was new for me--I couldn't afford to stop working when my first son was born. There were many changes all happening at once, and I had no landmarks or references to hold onto. The cultural differences caught us by surprise, too. We thought we were Canadians, but realized that as French Canadians, we are different.

On top of that, my husband and I had to deal with a different couple dynamic. The one we had was based on equity and independence: he changed diapers and fed our sons as much as I did, and I mowed the lawn and shovelled snow as much as he did (ahem, I have shovelled more, though -- just saying ;) ). This is not what it's all about, but you get the point. We each owned our own stuff, and we created a joint account for paying for the house, which we each owned equally. Our financial responsibilities were the same, as well as our parenting ones. This first move to Ontario brought us to a place we'd never been: inequity. My husband was improving his career and financial situation; mine was declining with the maternity leave. I hear you! Some will tell me that being at home with the children is precious -- it is. And that I should consider myself lucky that we could live comfortably on one salary -- I am. I'm not saying that being at home was awful (it's harder work than I thought, though!!!). But, like other women, I miss the action, the intellectual stimulation, and the accomplishments you get at work, not to mention the financial independence.

What kept me mentally afloat was the personal blog I started just days after settling into the new place. I chronicled every little story and tried to (most of the time) laugh at myself or the situations. Humor and sarcasm have been good therapy for me. Shortly afterwards, I started to dream of my new career. As an entrepreneur, my motivation naturally focused on creating a new business. But this time I wanted the business to be able to follow me, wherever and whenever we would move next. That's part of the motivation that led me to create Melanie Saucier à la maison. Self-employed, totally independent and online selling were among the keywords that fit the job description I was hoping for. While I was still working with clients on industrial design assignments, I started to build my little nook in the basement, investing in equipment and supplies with the money I was making from my consultancy. In January 2012, just before heading to the Alt Summit in Salt Lake City, I launched Mel à la maison in total excitement, with the satisfaction of self-realization. It was pure joy. I'd waited for this moment for the last 2 years.

Three months later, April 2012; my husband, after sending more than 150 resumes over the last 5-7 years, finally got a job in California, a very nice one that fits his career trajectory. Our dream came true, and I still can't believe it is happening. This is a beautiful story, isn't it?

(insert vinyl scratch sound here)

It appears that the thought of running my online business, which would let me follow my husband anywhere, is a pretty naive one...!

Each country is different, but where I am going to live for the next 3 years, I am not allowed to keep running my online business. I know, it just doesn't make sense in our reality. How is it possible that a Canadian who follows her husband for professional purposes is forbidden from running her indie business?

I read every online resource I could, and my husband too. I contacted the embassy, accountants, friends, and lawyers. The last specialized lawyer I spoke to really nailed it. There is just no way, as long as my husband is on the type of work visa he got from his employer. I was stunned, shocked, and in denial. It took me about 2 weeks to let this reality sink in.

So this entire move is leaving me with a bittersweet feeling. But I understand that materializing our dream, as a couple and as a family, comes at the price of postponing my ambitions.

Goodbye for now.

So it is with a bit of sadness that I'm announcing that the shop will have to be closed in June. This is not a farewell but a goodbye, until we meet again: because we will meet again.

Readers, the blog will continue to live! Instead of putting aside everything I've been working on, I've decided to turn this into a hobby for the time being. Isn't paradoxical? All over the net, we read about passionate artists turning their hobby into a business, quitting their day job. Oh well...After my husband's contract is over, who knows how it will turn out for us!

The blog will most likely take on a new direction, but I will keep posting my free wallpaper every week. Here are some themes, subjects, and passions I could write about, but I'd love to hear your thoughts on what interests YOU!

- photography; tips - photography; post-processing - stories of ex pats (what we have to go through), my story and/or stories from other Canucks abroad! - craft ideas; for you, for the kids, with the kids? - product design; how it works - other inspiring photographer or photography trends - ?

Please comment in the section below. I need to hear from you on this new direction. You, readers, will be my motivation to stay connected to what I just started a few months ago.

If you're still reading this, THANK YOU for your time :)

See you Friday for my next free wallpaper.

 

Comme certains d'entre vous savez déjà, ma famille et moi sommes dans le processus de déménagement entre l'Ontario, Canada et la Californie, E.U. Ça fait quelques années que mon chum et moi avons ce rêve d'aller travailler et vivre dans le "Golden State". Les raisons pourquoi on a ce rêve seraient trop longues à écrire alors restons-en au fait: c'est un rêve qui est en train de se concrétiser.

Et puis?

Allez vous chercher un café, ou un verre dépendant de votre fuseau horaire, c'en est un long aujourd'hui!

Lorsque nous avons quitté le Québec pour venir ici en Ontario, c'était pour nous une façon de briser la glace. Nés et élevés dans la province francophone qui protège sa culture et son héritage, il n'a pas été facile de nous "exporter" vers le reste de l'Amérique du Nord. Plusieurs années ont été nécessaire pour réunir nos conditions car nous avons toujours eu l'intention de conserver notre rythme de vie au travers des changements. Autrement dit, il n'était pas question pour nous de tout laisser derrière et de redémarrer à zéro côté carrière et finances. Alors lorsque l'occasion s'est présentée nous avons dit OUI! même si les circonstances auraient pu être meilleures. Nous sommes déménagés avec un bébé de 4 semaines et un enfant de 4 ans qui ne comprenait pas un mot d'anglais (ah oui quand même, il savait compter jusqu'à dix...) . Mais Toronto est à une heure et demie de vol de Québec et faisant parti du Canada anglais nous permettait de parler anglais comme jamais nous aurions pu à Québec. En gros, c'était un bon test.

Ceci dit, le changement n'était pas seulement familial et social, mais il en était un de carrière pour moi aussi. J'ai toujours été à mon compte dès ma sortie de l'université mais fut réellement entrepreneure à temps plein à partir de 2003. J'étais habituée à une vie professionnelle plutôt active; je chérissais un réseau de clients et de partenaires, dont plusieurs sont devenus des amis.  J'ai co-fondé et dirigé une firme de design pendant 5 ans. Je suis, si j'ose dire, une personne créative qui est tournée vers l'action, qui aime bâtir de nouveaux projets et qui a besoin de réalisations régulièrement. Selon le Gallup Strength Finder Test, mes 5 top talents sont: activateur, réalisation, assurance, stratégie et responsabilité. Ça fait le tour en peu de mot!

Les premiers mois en Ontario et en congé de maternité ont été durs sur le moral. Être à la maison à temps plein sur une longue période était nouveau pour moi (je n'avais pu prendre un congé de maternité à mon premier accouchement). Ça faisait pas mal de changements qui arrivaient tous en même temps et je n'avais pas de références à lesquelles m'accrocher. Les différences culturelles nous ont aussi pris par surprise. Nous nous croyions canadiens mais nous avons réalisé que nos racines françaises nous différencie de nos voisins.

Par-dessus tout, mon chum et moi avons eu à s'adapter à une différente dynamique de couple. Elle était auparavant basée sur l'égalité et l'indépendance: il a  changé des couches et nourri nos enfants tout autant que moi et j'ai tondu le gazon et pelleté la neige tout autant que lui (ahem, j'ai quand même pelleté pas mal plus héhé). Ça ne se résume pas à ça, mais vous comprenez le topo. Nous étions tous les deux financièrement indépendant et la création d'un compte bancaire conjoint est venu de la nécessité de payer les frais de la maison, que nous possédions à parts égales. Bref, nos responsabilités financières étaient partagées équitablement tout comme nos responsabilités parentales. Ce déménagement en Ontario nous a amené dans une zone jamais visitée: dans l'inégalité. Mon chum a amélioré sa situation financière tout en continuant de faire grimper sa carrière; la mienne, en stagnant a pris du recul. Mais oui! Je vous entends me dire que de pouvoir être à la maison pour les enfants c'est précieux-- ça l'est. Et que je dois me considérer chanceuse que notre famille puisse vivre confortablement sur un salaire-- je le suis. Je ne dis pas que ces moments à la maison pour les enfants sont un cauchemar (ça reste un travail, et plus difficile qu'on peut l'imaginer parfois!!!). Mais tout comme d'autres femmes, je m'ennuie de l'action, des stimulations intellectuelles, des réalisations et de la satisfaction qu'on retrouve au travail. Sans parler de l'indépendance financière évidemment.

Ce qui me garda saine mentalement est le blog personnel que j'ai créé rapidement après m'être installée en Ontario. J'y relatais ma nouvelle réalité et j'utilisais, la plupart du temps, l'auto-dérision pour éviter de me prendre au sérieux. L'humour et le sarcasme ont été thérapeutique pour moi. Une fois que mes enfants se sont adaptés à leur nouvelle vie, je me suis mis à rêver à mes prochaines activités professionnelles. Ma nature entrepreneure m'a rapidement amené à créer une nouvelle entreprise. Cette fois par contre, je voulais que mon entreprise puisse me suivre, peu importe où et quand nous irions vivre dans le futur. C'est ce qui a motivé, entre autres, la mise sur pied de Melanie Saucier à la maison. Être à mon compte, seule et indépendante, vendre en ligne, sont parmis les mots-clés qui remplissaient les conditions dont je rêvais. Alors tout naturellement pendant que je continuais à travailler pour mes clients sur des projets de design industriel, j'ai commencé à me monter un petit studio dans le sous-sol en achetant de l'équipement et du matériel avec l'argent que je faisais en consultation. En janvier 2012, juste avant de partir pour le  Alt Summit à Salt Lake City, avec excitation j'ai lancé Melanie Saucier à la maison. J'étais remplie de joie et de satisfaction du devoir accompli. J'avais attendu ce moment pendant deux ans.

Trois mois plus tard, avril 2012; mon chum, après avoir envoyé autour de 150 curriculum vitae dans les 5 à 7 dernières années, décroche finalement une job en Californie. Un emploi qui s'aligne parfaitement avec sa trajectoire professionelle. Notre rêve devenait donc réalité et j'ai encore de la misère à réaliser que ça y est. C'est une merveilleuse histoire n'est-ce pas?

(bruit de disque qui chire)

Il semble que mon idée de bâtir une petite entreprise en ligne pour pouvoir suivre mon conjoint partout en était une bien naïve...!

Chaque pays est différent, mais celui dans lequel je m'apprête à vivre pour les trois prochaines années ne me permet pas de continuer d'opérer mon entreprise. Je sais, ça ne semble pas possible, il doit bien y avoir un moyen n'est-ce pas? Comment est-ce qu'on peut empêcher une conjointe qui suit son mari pour des raisons professionelles de poursuivre sa micro-business? Surtout considérant que nous injectons un bon montant d'argent dans l'économie en étant forcé d'acheter tous nos biens en argent comptant.

J'ai lu toutes les ressources en ligne possibles et mon chum aussi. J'ai contacté l'ambassade, un fiscaliste chevronné, des amis et des avocats. La dernière avocate spécialisée dans ce genre de situation a mis le clou dans le cercueil. Il n'y a pas de façon pour moi de travailler légalement tant et aussi longtemps que mon chum sera employé sur le type de visa qu'il a obtenu. J'étais choquée et triste. Ça m'a pris presque deux semaines pour avaler ma pilule; les lois ne sont tout simplement pas à jour encore.

Alors ce déménagement me laisse un goût doux-amer en bouche. Mais je comprends que j'ai à sacrifier un de mes rêves pour en réaliser un autre.

C'est un au revoir.

C'est donc avec tristesse que je dois annoncer la fermeture de ma boutique en juin prochain. Ce n'est pas un adieu mais un au revoir: car nous nous reverrons.

Chers lecteurs, je vais continuer à faire vivre ce blog! Au lieu de tout mettre de côté et de laisser dormir les efforts que j'ai mis dans ce projet, j'ai décidé de transformer mon entreprise en passe-temps. C'est paradoxal non? On peut lire sur le net plusieurs histoires à succès d'artistes passionnés qui quittent leur job et transforment leur passe-temps en entreprise. Eh ben, je n'y peux rien...Une fois que le contrat de mon chum sera terminé, qui sait ce que l'avenir nous réserve!

Bref, le blog prendra fort possiblement une nouvelle direction. Je continuerai cependant assurément de mettre en ligne mes photos gratuites pour fond d'écrans. Voici quelques sujets, thèmes et passions à propos desquelles je pourrais écrire, mais j'adorerais lire VOS idées sur ce qui VOUS intéresse!

- trucs pour la photographie - traitement des photos -  histoire d'expatriés (les défis à surmonter); mon histoire et/ou l'histoire d'autre Canadiens à l'extérieur du pays! - idées de bricolage - design de produits; comment ça marche - des photographes inspirants ou les tendances en photographie - ?

Écrivez-moi ou laissez-moi un commentaire ci-bas. J'ai besoin de vous entendre. Vous, chers lecteurs, devenez ma motivation à demeurer connectée au projet que j'ai commencé il y a quelques mois.

Et si vous êtes rendus ici dans votre lecture, UN GROS MERCI pour votre temps :)

Je vous revois ici vendredi pour le "Photo Friday".